Recherche

Affiliation à un centre de recherche

Centre for Interdisciplinary Research in Music Media and Technology (CIRMMT)

Schulich School of Music, McGill University
Membre principal depuis 2013
Membre du comité exécutif et co-responsable de l’axe de recherche Music Information Research depuis 2014

Projets de recherche subventionnés

Le design et le politique. Apports, limites et modalités de mise en œuvre de la conception basée sur l’expérience-usager dans le développement de l’innovation publique et sociale

  • Organisme : Conseil de recherche en sciences humaines du Canada – Subvention de développement de partenariat
  • Montant obtenu : 199 850$
  • Dates : 2017-2020
  • Rôle : co-chercheuse (chercheur principal : Philippe Gauthier)

MuNIR : Music Notation Information Retrieval

  • Organisme : Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FQRSC) et Agence nationale de la recherche (ANR)
  • Montant obtenu : 208 176$
  • Dates : 2016-2020
  • Rôle : co-chercheuse (chercheurs responsables : Ichiro Fujinaga et Philippe Rigaux)

Chercheurs 2.0? Étude des usages et des facteurs d’adoption des médias sociaux par les chercheurs canadiens en contexte de collaboration interinstitutionnelle

  • Organisme : Conseil de recherche en sciences humaines du Canada – Subvention de développement Savoir
  • Montant obtenu : 74 428$
  • Dates : 2015-2017
  • Rôle : chercheure principale
  • Co-chercheurs : Christine Dufour et Vincent Larivière (Université de Montréal)

Les médias sociaux tels que les sites de réseautage social, les blogues ou les outils d’écriture collaborative, ont le potentiel de faire émerger de nouvelles formes de communication scientifique et de contribuer à accroître la collaboration internationale et pluridisciplinaire. Or, malgré les nombreuses études réalisées sur l’utilisation des médias sociaux par les chercheurs dans le cadre de leurs activités de recherche, on en connaît encore peu sur la façon dont s’insèrent–ou non–ces nouveaux outils et services dans les pratiques de collaboration des chercheurs aux différentes éapes du processus de recherche. En partant du fait qu’un haut taux de collaboration et qu’une plus grande diffusion des données et des résultats scientifiques sont souhaitables, il semble pourtant important de bien connaître les usages et de comprendre les facteurs d’adoption des médias sociaux en contexte de collaboration interinstitutionnelle. C’est l’objectif qui est visé par ce projet. Plus précisément, ce projet visera à (1) décrire en profondeur les pratiques d’utilisation des médias sociaux des chercheurs à chaque phase du processus de recherche en contexte de collaboration interinstitutionnelle et à (2) explorer les facteurs d’adoption des médias sociaux par un groupe de recherche en contexte de collaboration interinstitutionnelle.

Music Information, Research, and Infrastructure (MIRAI)

  • Organisme subventionnaire : Fonds de recherche du Québec – Société et culture – Soutien aux  quipes de recherche
  • Montant obtenu : 602 118$
  • Dates : 2016-2020
  • Rôle : membre régulier (responsable : Ichiro Fujinaga)

SIMSSA : Single Interface for Music Score Searching and Analysis

  • Organisme : Conseil de recherche en sciences humaines du Canada – Subvention de partenariat
  • Montant obtenu : 2 499 197$
  • Dates : 2014-2021
  • Rôle : co-chercheure (chercheur principal : Ichiro Fujinaga)

Music Information, Research, and Infrastructure

  • Organisme subventionnaire : Fonds de recherche du Québec – Société et culture – Soutien aux équipes de recherche
  • Montant obtenu : 54 963$
  • Dates : 2014-2016
  • Rôle : membre régulier (responsable : Ichiro Fujinaga)

Modélisation des facteurs influençant l’appropriation du Web social par les chercheurs en sciences humaines et sociales : Étude pancanadienne

  • Organisme subventionnaire : Université de Montréal/Conseil de recherches en sciences humaines du Canada – Petites subventions
  • Montant obtenu : 4 000$
  • Dates : 2013-2014
  • Rôle : chercheure principale
  • Co-chercheure : Christine Dufour (Université de Montréal)

Projet I.M.A.G.E. : Indexation de musique à grande échelle

  • Organisme subventionnaire : Conseil de recherche en sciences humaines du Canada – Subvention de développement Savoir
  • Montant obtenu : 69 735$
  • Dates : 2012-2014Rôle : chercheure principale
  • Co-chercheur : Dominic Forest (Université de Montréal)

Le projet IMAGE (Indexation de Musique À Grande Échelle) souhaite faire la démonstration que de nouvelles méthodes d’indexation pour la musique, adaptées à de grands corpus, pourraient contribuer à accroître la visibilité de la musique francophone sur le Web. La disponibilité accrue de la musique en format numérique a donné lieu à l’apparition de nouveaux outils visant à faciliter le repérage et la découverte de musique. Plusieurs de ces outils sont d’envergure internationale : ils offrent des interfaces multilingues et donnent accès à des musiques de diverses provenances. Considérant la vaste étendue du corpus auquel ces outils donnent accès, l’indexation des objets numériques qui s’y trouvent (les fichiers musicaux) se doit d’être plus fine, tout en étant peu coûteuse. Dans le domaine de la recherche d’information, de nouvelles méthodes d’indexation ont donc été développées durant les dernières années. Parmi ces nouvelles méthodes, on retrouve les folksonomies, qui résultent de l’attribution de mots clés libres par les usagers, et l’indexation automatique, qui peut se faire de diverses façons, notamment par l’utilisation de processus de fouille de textes. Pour ce projet, nous proposons d’explorer ces deux méthodes d’indexation dans le contexte de l’analyse et de la description des fichiers musicaux. Ce projet poursuit donc deux objectifs principaux. Le premier objectif est d’étudier les pratiques des usagers en matière d’étiquetage (« taggage ») et d’utilisation des étiquettes (« tags ») de la musique francophone dans Last.fm. Une meilleure compréhension des pratiques des usagers permettra d’évaluer l’utilité des folksonomies pour la découverte de cette musique et de proposer des améliorations à apporter aux systèmes afin d’accroître sa visibilité. Le second objectif est d’explorer la pertinence d’appliquer certains algorithmes de fouille de textes sur les paroles de chansons francophones afin d’assister l’extraction de données pouvant être utilisées pour indexer cette musique de façon automatique.

L’utilisation des réseaux sociaux comme source d’information musicale par les adolescents : une étude qualitative

  • Organisme subventionnaire : Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC) – Programme d’établissement nouveaux professeurs-chercheurs
  • Montant obtenu : 39 600$
  • Dates : 2010-2013
  • Projet de recherche individuel

Ce projet a pour but de contribuer à la recherche sur le comportement dans la recherche d’information musicale des adolescents en étudiant la façon dont ils utilisent leur réseau social pour satisfaire leurs besoins d’information musicale. Nous nous penchons sur (1) les personnes auprès desquelles ils acquièrent des informations musicales, (2) la place que ces personnes occupent dans leur réseau social, (3) le lien qui les unit à ces personnes, (4) le type d’informations musicales qu’ils acquièrent auprès de ces personnes et (5) le médium de communication qu’ils utilisent pour le faire. Pour y parvenir, une approche qualitative a été retenue. Notre méthodologie s’appuie sur l’analyse des réseaux sociaux, plus particulièrement sur la théorie de la force des liens faibles de Granovetter (1973) selon laquelle les liens faibles (connaissances) sont plus utiles que les liens forts (amis, famille) pour acquérir de nouvelles informations. La collecte des données se fait au moyen d’entrevues en profondeur et d’un outil de représentation cartographique de réseaux sociaux égocentriques. En examinant la structure des réseaux et les caractéristiques des relations interpersonnelles par lesquelles les adolescents acquièrent des informations musicales, ce projet permet de mieux comprendre le rôle des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information musicale. La pertinence de ce projet réside dans l’importance de comprendre le comportement dans la recherche d’information musicale pour développer des outils de repérage et de découverte pour musique.

L’échange d’information musicale à travers les réseaux sociaux chez les adolescents : une étude exploratoire

  • Organisme subventionnaire : Université de Montréal/Conseil de recherches en sciences humaines du Canada – Petites subventions
  • Montant obtenu : 5 000$
  • Dates : 2009-2010
  • Projet de recherche individuel

Ce projet de recherche consiste en une étude exploratoire visant l’élaboration d’un projet de recherche de plus grande envergure. L’objectif de la recherche est de contribuer à une meilleure compréhension du comportement dans la recherche d’information musicale des adolescents. À travers une analyse qualitative des réseaux sociaux, nous étudierons les réseaux sociaux en tant que source d’information musicale, en portant une attention particulière au rôle que jouent les nouveaux outils de réseautage social dans le processus.

Autres projets de recherche

Les réseaux sociaux comme source d’information et d’aide pour la réalisation de travaux scolaires chez les adolescents : une étude qualitative

  • Dates : 2010-2013
  • Projet de recherche individuel

Ce projet a pour but de contribuer à la recherche sur le comportement dans la recherche d’information des adolescents en étudiant la façon dont ils utilisent leur réseau social pour obtenir l’information et l’aide dont ils ont besoin pour réaliser leurs travaux scolaires. Nous nous penchons sur (1) les personnes auprès desquelles ils obtiennent de l’aide ou les informations qui leur permettront de réaliser leurs travaux, (2) la place que ces personnes occupent dans leur réseau social, (3) le lien qui les unit à ces personnes, (4) le type d’aide ou d’information qu’ils obtiennent auprès de ces personnes et (5) le médium de communication qu’ils utilisent pour le faire. Pour y parvenir, une approche qualitative a été retenue. Notre méthodologie s’appuie sur l’analyse des réseaux sociaux, plus particulièrement sur la théorie de la force des liens faibles de Granovetter (1973) selon laquelle les liens faibles (connaissances) sont plus utiles que les liens forts (amis, famille) pour acquérir de nouvelles informations. La collecte des données se fait au moyen d’entrevues en profondeur et d’un outil de représentation cartographique de réseaux sociaux égocentriques. En examinant la structure des réseaux et les caractéristiques des relations interpersonnelles par lesquelles les adolescents acquièrent l’aide et l’information dont ils ont besoin pour réaliser leurs travaux scolaires, ce projet permet de mieux comprendre le comportement informationnel des adolescents dans un cadre scolaire. La pertinence de ce projet réside dans l’importance de comprendre ces comportements pour développer des systèmes de repérage d’information, de mème que des services en bibliothèques qui répondent mieux à leurs besoins.

Enquête sur les services offerts sur place dans les bibliothèques universitaires québécoises

  • Dates : 2011-2012
  • Projet de recherche individuel

La majorité des étudiants qui entrent à l’université aujourd’hui appartient à la génération C. Cette génération est orientée vers le travail en équipe, apprécie les modes d’apprentissage actifs et collaboratifs et est à l’aise avec les technologies. Mais comment les bibliothèques universitaires québécoises se sont-elles adaptées à cette clientèle et à l’importance accrue des ressources numériques? Cette enquête avait pour objectif de répondre à cette question. Plus précisément, l’enquête visait à savoir comment sont aménagés les espaces de travail dans ces bibliothèques et quels sont les services de soutien, les technologies et les séances de formation offerts sur place.

Mis à jour le 25 mars 2019

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close